03/02/2015

: Un prêcheur musulman : Tarik Ramadan

 

 

islam,mahomet,arabie saoudite,charia,imam,loi islamique,viol,torture,sadisme,passivité,pedophilie,protection des     enfants,coran,barbarie,sordide,genocide,tarik ramadan,mensonge,intox,credibilité,angelisme

islam,mahomet,arabie saoudite,charia,imam,loi islamique,viol,torture,sadisme,passivité,pedophilie,protection des     enfants,coran,barbarie,sordide,genocide,tarik ramadan,mensonge,intox,credibilité,angelisme

islam,mahomet,arabie saoudite,charia,imam,loi islamique,viol,torture,sadisme,passivité,pedophilie,protection des     enfants,coran,barbarie,sordide,genocide,tarik ramadan,mensonge,intox,credibilité,angelisme

 

 Tarik Ramadan vu par lui-même :

Vidéo dans laquelle il répond aux salafistes :
http://www.dailymotion.com/related/7528149/video/xw8mw_tariq-ramadan-repond-au-groupe-sala_family


Tarik Ramadan vu par un araméen, prêtre catholique :

Tariq Ramadan, maître du double langage

La suite  :
http://islam-connaissance.blogspot.be/2008/03/un-prcheur-...
 islam,mahomet,arabie saoudite,charia,imam,loi islamique,viol,torture,sadisme,passivité,pedophilie,protection des     enfants,coran,barbarie,sordide,genocide,tarik ramadan,mensonge,intox,credibilité,angelisme

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

islam,mahomet,arabie saoudite,charia,imam,loi islamique,viol,torture,sadisme,passivité,pedophilie,protection des     enfants,coran,barbarie,sordide,genocide,tarik ramadan,mensonge,intox,credibilité,angelisme

islam,mahomet,arabie saoudite,charia,imam,loi islamique,viol,torture,sadisme,passivité,pedophilie,protection des     enfants,coran,barbarie,sordide,genocide,tarik ramadan,mensonge,intox,credibilité,angelisme

24/08/2014

Les vraies origines de l’islam (partie 1)

 http://www.dreuz.info/2014/08/les-vraies-origines-de-lisl...

islam,mahomet,arabie saoudite,charia,imam,loi islamique,viol,torture,sadisme,passivité,pédophilie,protection des enfants,coran,barbarie,sordide,histoire,véritable origine,hadith,falsification,manipulation,intégrisme

Les origines de l’islam : loin des falsifications historiques

HeliosQue diriez-vous si l’histoire de la révolution française et des guerres napoléoniennes n’était connue que par ouï-dire deux siècles après le déroulement des évènements et en l’absence de documents écrits et de preuves matérielles ? Comment jugeriez-vous une telle histoire si elle reposait exclusivement sur les récits contradictoires des descendants des témoins oculaires deux siècles après les faits ? Quelle serait votre réaction si on vous disait que l’histoire en question est érigée en vérité absolue, que plus d’un milliard d’êtres humains y croient dur comme fer et que le moindre doute émis sur sa véracité devient un crime passible de la peine de mort ? Vous diriez probablement que les gens qui ont rédigé cette histoire induisent intentionnellement le public en erreur ou que l’autorité qui les emploie cherche, pour des raisons politiques, à transformer le mythe en réalité. Il en est ainsi de l’islam. Tout ce qui est dit officiellement à propos de ses débuts et de ses textes sacrés repose sur des bases semblables. Voilà pourquoi il y a lieu, non seulement de mettre en doute l’histoire officielle de l’islam des origines et l’authenticité des textes sacrés, mais, prenant appui sur les divers éléments objectifs, d’essayer de tracer de lui un portrait approximatif.
 
 
Ce que disent les spécialistes
En 1995 à l’Université de Cambridge en Angleterre, Jay Smith, un islamologue de renom, dans un débat rendu fameux dans les cercles académiques a déclaré ceci :

 

«La plupart des Occidentaux ont pris pour de l’argent comptant les allégations des docteurs musulmans, ils ne les ont jamais remises en question dans la mesure où elles tiraient leur origine du coran. Ils ont fait preuve de réticence à examiner avec un œil critique le coran et les propos du prophète par crainte des réactions violentes, par conséquent ils se sont contentés de penser que les musulmans possédaient quelques preuves tangibles pour soutenir leurs croyances.»

Plus loin dans son exposé, il a cité les travaux de chercheurs bien connus comme John Wansbrough (université de Londres), Joseph Schacht, Andrew Rippin (Canada), Michael Cook et Patricia Crone (Oxford et Cambridge), Yehuda Nevo (université de Jérusalem) et Humphreys :

 

«L’immense majorité des chercheurs indépendants qui ont étudié le coran et les hadiths ont conclu que les écritures islamiques n’ont pas été révélées, mais qu’elles sont le résultat d’une compilation de textes tardifs et d’éditions réalisées par des groupes de personnes au cours de quelques centaines d’années. Le coran que nous lisons aujourd’hui, loin d’être identique à celui du milieu du septième siècle, est plutôt un produit du huitième et du neuvième siècle. Il n’a pas été conçu à la Mecque ou à Médine mais à Baghdad. C’est à cet endroit et en ce temps là que l’islam a acquis sa propre identité et qu’il est devenu une religion. Par conséquent la genèse de l’islam n’a pas eu lieu durant la vie de Mahomet mais a été le résultat d’une élaboration graduelle durant une période de 300 ans.»

Absence de documents historiques

Il n’existe aucun document historique attestant l’existence de l’islam en tant que religion avant le neuvième siècle, soit deux cents ans après Mahomet (mort en 632). Il y a bien eu une biographie de Mahomet rédigée par Ibn Ishaq vers 750, c’est-à-dire 118 ans après la mort du prophète, mais le texte original est perdu et il n’est que partiellement restitué dans des versions revues et modifiées par des historiens ultérieurs comme Ibn Hisham (mort en 834) et surtout Al Tabari (mort en 923). Ce dernier a reconnu avoir censuré le texte d’Ibn Ishaq parce qu’il donnait une image défavorable de Mahomet, or les éléments non-censurés retenus par Al Tabari sont loin de brosser un portrait sympathique du prophète (brigandage, rapines, assassinats, génocides, pédophilie etc.) et il est difficile d’imaginer comment le vrai Mahomet pouvait être pire que celui qui nous est présenté dans l’histoire officielle de l’islam.Mais écoutons ce que Jay Smith a dit à propos du coran et des hadiths :  

«… afin de réaliser l’examen critique des textes sacrés de l’islam nous devons amorcer un retour aux origines, c’est-à-dire aux sources premières, dans le but d’obtenir des indices probants quant à leur authenticité. Cette tâche à priori devrait être facile vu qu’il s’agit d’écrits relativement récents supposément apparus sur la scène il y a 1400 ans. Mais les sources les plus précoces  se situent entre 150 et 300 ans après les évènements, pour cette raison elles doivent être considérées comme des sources secondaires. La première question qui nous vient à l’esprit est celle-ci : pourquoi ces traditions (orales) ont-elles été mises par écrit à une époque si tardive ? Aucun document ne peut être retracé durant les 150 années qui séparent les premières conquêtes islamiques et les publications de la biographie de Mahomet et des hadiths par Ishaq, Tabari et Bukhary. Comme historiens, nous étions en droit de nous attendre à découvrir à tous le moins quelques fragments de texte comme preuve du développement de l’islam, mais nous n’avons rien trouvé et cela signifie que la totalité des conquêtes islamiques de l’Espagne jusqu’à l’Inde a eu lieu avant que le premier verset des textes sacrés islamiques n’ait été mis par écrit. »

Selon Schimmel, Gilchrist, Ling et Safadi, il n’existe absolument aucune trace matérielle du coran original, aucun fragment n’a survécu des quatre exemplaires supposément transcrits sur l’ordre d’Osman, le troisième calife, vingt ans après la mort de Mahomet en 632, pour servir de référence à la Mecque, à Médine, à Bassora et à Damas. À la fin du septième siècle, les conquêtes islamiques s’étendaient du Maghreb à l’ouest jusqu’à l’Inde à l’est, le coran était supposément l’élément central qui alimentait la foi des conquérants, pourtant aucun fragment du coran datant de cette époque n’a été découvert dans tout cet espace géographique. Le contraste avec le christianisme est frappant si l’on considère que pas moins de vingt-cinq mille manuscrits du nouveau testament ont été découverts ou conservés dès le premier siècle, soit à peine quelques dizaines d’années après le début de la mission évangélique.

 

Les hadiths : Allah et Mahomet n’y sont pour rienJoseph-schacht

Joseph Schacht a étudié les documents juridiques et les compte-rendus des procès du début du neuvième siècle, soit 170 ans après la mort de Mahomet. À cette époque, les Hadiths n’étaient pas utilisés comme référence dans les jugements, bien qu’ils constituent la base sur laquelle repose la loi islamique (la charia). Schacht par conséquent date la création des Hadiths à partir du moment où ils ont été utilisés dans les jugements des tribunaux, soit plus de 200 ans après la mort de Mahomet. Il a fait également une autre découverte : les Hadiths dont l’authenticité reçoit les meilleurs appuis sont paradoxalement ceux qui sont les plus suspects. En effet, les appuis authentifiant les premiers hadiths étaient approximatifs et peu détaillés malgré qu’ils fussent moins éloignés de Mahomet dans le temps, par contre les hadiths tardifs, ceux qui sont apparus comme par magie à la fin du neuvième siècle ou au dixième, bénéficient de témoignages d’authenticité très élaborés. La première publication des hadiths coïncide avec l’apparition de la charia, la loi islamique. Il existe dans l’islam quatre écoles juridiques, elles ont vu le jour au neuvième et au dixième siècle. La première a été l’école shaféite dont le fondateur est le juriste islamique Al Shafei mort en 820, elle se base exclusivement sur les hadiths et non sur la jurisprudence acquise au cours des deux siècles précédents. Pour introduire une nouvelle provision de loi il suffisait alors de la justifier en prenant pour référence une parole que le prophète Mahomet avait supposément prononcée, un grand nombre de hadiths ont ainsi été créés en appui à la charia. Selon Schacht : « un nombre élevé de traditions légales invoquant l’autorité de Mahomet a vu le jour du vivant d’Al Shafei et dans les décennies suivantes. Par conséquent elles reflètent les doctrines abbassides d’Irak et non celles plus anciennes d’Arabie (du temps du prophète et de ses successeurs) ou de Syrie (du temps des omeyades). L’agenda légal et politique des califes qu’impose chacune des quatre écoles juridiques de l’islam démontre que les hadiths ont été fabriqués en Irak au neuvième et au dixième siècle, Allah et Mahomet n’y sont pour rien.

Une gigantesque supercherie

Une seule conclusion s’offre à l’historien objectif, l’absence de fragments du coran et des hadiths datant des premiers siècles de l’islam et la coïncidence entre la publication des hadiths et la promulgation des lois islamiques qui en dépendent, sont une indication que ces textes sacrés n’existaient pas et qu’ils ont été créés de toutes pièces à une date tardive, soit au cours du neuvième et du dixième siècle sous le califat abbasside. Autrement dit, toute «l’histoire sainte » islamique, soit la sunna du prophète, n’est qu’une gigantesque supercherie. L’étude objective des textes porte un coup mortel à la thèse des islamistes, les hadiths et la charia qui en découle sont le produit d’une époque précise, l’ère abbasside, ils ne possèdent par conséquent aucun caractère sacré, l’imposition de la charia aux masses musulmanes relève de l’obscurantisme et de la tyrannie.

Le coran

La prochaine chronique traitera du coran. Les musulmans affirment qu’il a été dicté par l’ange Gabriel à Mahomet et que le texte coranique n’a jamais été altéré, le livre saint que les musulmans lisent ou récitent aujourd’hui serait une copie en tous points conforme à celui qui a été révélé. Cette affirmation est fausse, le texte du coran comme nous le verrons témoigne d’une longue élaboration, ses sources sont légion. Les rares témoignages archéologiques et les fragments les plus anciens du texte coranique confirment que son contenu a été modifié au cours des trois premiers siècles de l’islam.

Parties 2 et 3 à suivre demain et après demain  

Par Hélios d’Alexandrie pour Poste de Veille

 http://www.dreuz.info/2014/08/les-vraies-origines-de-lisl...

 

islam,mahomet,arabie saoudite,charia,imam,loi islamique,viol,torture,sadisme,passivité,pédophilie,protection des enfants,coran,barbarie,sordide,histoire,véritable origine,hadith,falsification,manipulation,intégrisme

 

 

04/02/2012

Afghanistan: Tuée pour avoir enfanté une fille

genocide,pakistan,afghanistan,sadisme,mysoginie,christianophobie,cathophobie,crime,criminalite,terrorisme,collaboration,racket,enlevement d'enfant,fatwa,interdit religieux,al quaida,fanatisme,integrisme,fondamentalisme,islam,musulman,charia,mahomet,utopie,lachete,passivite européenne,persécution antichrétienne,chrétiens tués dans le monde,indifférence,silence criminel       complice des médias

http://www.parismatch.com/Actu-Match/Monde/Actu/Une-Afghane-etranglee-par-son-mari-pour-avoir-accouche-d-une-fille-373987/

Une femme afghane de 22 ans a été retrouvée morte étranglée dans la province de Kunduz.

D’après les premiers éléments de l’enquête, elle aurait été assassinée par son mari, avec la complicité de sa belle-mère, pour avoir accouché d’une fille et non d’un garçon.

Marie Desnos - Parismatch.com

«Un crime contre l'Islam, l'humanité et les femmes», condamné par les chefs tribaux et religieux de la région.?????????

D’après le chef de la police de Khanabad, dans la province de Kunduz, une Afghane aurait été étranglée par son mari, la semaine dernière, pour avoir été incapable de lui donner un garçon. Sher Mohammed, 29 ans, et Storay, 22 ans, Storay, se sont mariés il y a quatre ans, a indiqué Sufi Habibullah à CNN.

Le couple a eu trois filles, dont la dernière est née il y a trois mois. La jeune femme a été retrouvée sans vie dans leur domicile de Khanabad, à environ 50 kilomètres de la ville de Kunduz, dans le Nord du pays.

Elle serait morte par strangulation selon les légistes. «L'homme, avec l'aide de sa mère, a d'abord battu sa femme», a précisé le chef de la police.

Puis la belle-mère, nommée Wali Hazrata, lui aurait «attaché les pieds», pendant que son fils «l’étranglait à mort».

La BBC croit savoir que Sher Mohammed serait un combattant d’une milice armée illégale, qui bénéficierait d’un certain soutien politique.

Les villageois locaux lui ont raconté que Storay incitait son mari à déposer les armes.

«Elle vivait en enfer, pas dans une maison, a déclaré un voisin sous couvert de l’anonymat.

Mais elle exhortait son mari de rester à la maison et d’éviter de sortir avec ces voyous.»

Les militants des droits des femmes afghanes ont dénoncé cette affaire, la portant à la connaissance des médias. Nadira Gya, la directrice des Affaires féminines de Kunduz, a notamment vivement condamné ce «crime brutal commis contre une femme innocente».

D’après ses informations, la victime avait prévenu sa famille que son mari avait menacé de la tuer si elle donnait naissance à une autre fille.

Et les chefs tribaux et religieux locaux lui ont emboîté le pas, qualifiant cet assassinat d'«acte d'ignorance», appelant à ce que son auteur soit condamné.

La belle-mère a été arrêtée et écrouée à la prison de Kunduz.

En revanche, le mari s’est volatilisé.

Interrogée depuis sa cellule, Wali Hazrata a assuré que son fils n’avait «pas commis ce crime».

D’après elle, sa belle-fille s’est donné la mort par culpabilité.

«Après trois filles, Storay s’est sentie coupable et s’est suicidée.»

Les violences aux femmes encore trop courantes

Les statistiques prouvent en tout cas que les violences faites aux femmes sont encore nombreuses malgré la chute du régime taliban.

Une étude publiée en novembre dernier par le Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) et la Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (Manua) et intitulée «Un long chemin à parcourir: La mise en œuvre de la loi pour éliminer la violence contre les femmes en Afghanistan», le gouvernement afghan n'a pas encore réussi à mettre en œuvre une loi adoptée en 2009.

Ce texte pénalise le viol,

mais aussi des pratiques malheureusement trop courantes

telles que le mariage des enfants,

genocide,pakistan,afghanistan,sadisme,mysoginie,christianophobie,cathophobie,crime,criminalite,terrorisme,collaboration,racket,enlevement d'enfant,fatwa,interdit religieux,al quaida,fanatisme,integrisme,fondamentalisme,islam,musulman,charia,mahomet,utopie,lachete,passivite européenne,persécution antichrétienne,chrétiens tués dans le monde,indifférence,silence criminel       complice des médias

 

le mariage forcé,

l'achat et la vente de femmes,

ou encore le don de femme pour résoudre un conflit familial

(connue sous le nom de «baad»),

et 17 autres types de violences…


De son côté, la Commission indépendante afghane des droits de l'Homme a enregistré, entre de mars 2010 et mars 2011, 2299 incidents de violence contre les femmes qui pourraient être considérés comme des crimes selon la loi (contre 2700 en 2010).

Le HCDH rapporte que des enquêtes ont été ouvertes dans 26% des cas, soit 594, et que seuls 101 jugements ont été rendus.

«Le secteur de la justice a appliqué la loi dans certaines régions, ce qui est encourageant.

Mais le faible nombre de cas poursuivis et jugés montre qu'il faut accroître l'effort collectif de la justice, des décideurs politiques pour pousser les autorités judiciaires et locales à appliquer la loi dans l'ensemble des cas de violence contre les femmes», en avait conclu le Représentant spécial du Secrétaire général en Afghanistan et chef de la Manua, Staffan de Mistura.

Le mois dernier, la police de la région de Baghlan a libéré

une adolescente de de 15 ans,

qui avait été enfermée dans la cave de la maison

de ses beaux-parents

pour avoir refusé de se prostituer.

Un calvaire de plusieurs mois, durant lesquels Sahar Gul avait été à peine nourrie, et torturée –elle avait notamment les ongles arrachés.

En novembre,

une famille de la province de Kunduz

a été attaquée à l’acide

parce que le père avait refusé de marier a fille aînée à un chef de guerre local.

(Photo Whadat / Reuters)Point final

genocide,pakistan,afghanistan,sadisme,mysoginie,christianophobie,cathophobie,crime,criminalite,terrorisme,collaboration,racket,enlevement d'enfant,fatwa,interdit religieux,al quaida,fanatisme,integrisme,fondamentalisme,islam,musulman,charia,mahomet,utopie,lachete,passivite européenne,persécution antichrétienne,chrétiens tués dans le monde,indifférence,silence criminel       complice des médias

genocide,pakistan,afghanistan,sadisme,mysoginie,christianophobie,cathophobie,crime,criminalite,terrorisme,collaboration,racket,enlevement d'enfant,fatwa,interdit religieux,al quaida,fanatisme,integrisme,fondamentalisme,islam,musulman,charia,mahomet,utopie,lachete,passivite européenne,persécution antichrétienne,chrétiens tués dans le monde,indifférence,silence criminel       complice des médias

 

 

09/01/2012

Yémen : Le mariage des fillettes, un viol conforme à la loi islamique

Islam et la légitimité de la pédophilie ?Ou la légitimité des mariages d'enfants ?

Je pensais à des calomnies ?Après des recherches sur Internet ,j'ai du accepter ,que dans de nombreux pays : lé pédophilie est de tolérée à légalisée ,tout simplement ?

Les droits de l'homme sont tout simplement bafoués ?

Déclaration universelle des droits de l'homme .

http://www.un.org/fr/documents/udhr/index3.shtml

Article 3

Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

Haut de page
Article 4

Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l'esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.

Haut de page
Article 5

Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.


 2. Le mariage ne peut être conclu qu'avec le libre et plein consentement des futurs époux.
Article 25

 2. La maternité et l'enfance ont droit à une aide et à une assistance spéciales. Tous les enfants, qu'ils soient nés dans le mariage ou hors mariage, jouissent de la même protection sociale.
 
CONVENTION INTERNATIONALE
 DES DROITS DE L'ENFANT

ONU : 20 novembre 1989
(Texte intégral)

http://www.droitsenfant.com/cide.htm

Le mariage forcé des enfants !!!!!!!!!Néant.

La vente d'enfants !Néant .

sadisme,yemen,viol,pedophilie,mariage des filles,loi islamique,charia,communautarisme,conversion,fatwa ,incoherence,retrograde,coran,islamisation,intox,dictature,terreur,mensonge,histoire,morale,reflexion,sociologie,islam,religion,paix,censure,propagande,manipulation,fanatisme,persecution,liberte d expression,violence,insconscient collectif,egoisme,capitalisme,intimidation,coran,mahomet,manipulation,naivete,traditionaliste,integrisme,certitude,media,incertitude,musulman,betise,ignorance


http://www.postedeveille.ca/2010/02/y%C3%A9men-le-mariage-des-fillettes-un-viol-conforme-%C3%A0-la-loi-islamique.html

Une loi relevant l'âge légal du mariage de 9 à 17 ans a été rejetée par la commission de codification de la charia au motif qu'elle était contraire à l'islam.

On prêche pourtant dans des mosquées chez nous que les mœurs occidentales sont décadentes et que l'islam est la solution.

Child_brides

Aussi posté sur Bivouac-ID

Au Yémen, la loi stipule qu'une jeune fille peut être mariée dès l'âge de 9 ans

sadisme,yemen,viol,pedophilie,mariage des filles,loi islamique,charia,communautarisme,conversion,fatwa ,incoherence,retrograde,coran,islamisation,intox,dictature,terreur,mensonge,histoire,morale,reflexion,sociologie,islam,religion,paix,censure,propagande,manipulation,fanatisme,persecution,liberte d expression,violence,insconscient collectif,egoisme,capitalisme,intimidation,coran,mahomet,manipulation,naivete,traditionaliste,integrisme,certitude,media,incertitude,musulman,betise,ignorance

 

 

Une Yéménite de 10 ans violée quotidiennement par son mari âgé

  C'était le rêve de toutes les petites filles ; elle allait avoir une nouvelle robe, des bijoux, des sucreries et une fête pour tous ses amis.

Ce qu'Aïcha ignorait, à 10 ans, c'est qu'après la célébration du mariage elle devrait abandonner l'école, déménager dans un village loin de chez ses parents, passer ses journées entre la cuisine et le ménage, et avoir des rapports sexuels avec son mari plus âgé.

« Il a sorti un drap spécial et m'a déposée dessus », a déclaré Aïcha à IRIN en tordant ses petites mains potelées. « Quand il l'a fait, j'ai commencé à saigner. C'était si douloureux que je pleurais en criant, et désormais il est pour moi l'image de la mort. »

Droguée et battue

Après une semaine à repousser son mari tous les soirs, le père d'Aïcha a été appelé. Il avait reçu pour sa fille une « shart » (dot yéménite) de 200 000 rials (1 000 $), et il n'était pas en mesure de les rembourser.

« Mon père m'a dit de coucher avec mon mari sinon il allait me tuer, mais j'ai refusé. » « Mon père a préparé une tasse de thé, il y a mis des pilules, et il me l'a donnée. Les pilules m'ont étourdie, a raconté Aïcha. Mon père m'a dit de coucher avec mon mari sinon il allait me tuer, mais j'ai refusé. »

Au contraire, pour tenter désespérément de rester éveillée, Aïcha s'est cassé sur la tête une bouteille en verre. « Mon père m'a frappée violemment.

Je saignais de la bouche et du nez », raconte-t-elle.

Au bout de quelques mois dans la maison de son mari, où elle affirme qu'il la droguait et la battait régulièrement, Aïcha a réussi à s'échapper. Aujourd'hui, deux ans plus tard, elle a 12 ans et se trouve dans l'impossibilité de divorcer.

Un viol, pas un mariage

...le parlement a adopté une loi fixant l'âge minimum du mariage à 17 ans, mais elle a été rejetée par la Commission de codification de la charia islamique au motif qu'elle était contraire à l'islam. En février 2009, le parlement a adopté une loi fixant l'âge minimum du mariage à 17 ans, mais, selon les organisations locales de défense des droits des femmes, elle a été rejetée par la Commission de codification de la charia islamique au motif qu'elle était contraire à l'islam.

Il n'existe donc pour l'instant au Yémen aucune loi pour protéger les enfants contre les mariages précoces.

«Je n'appelle pas ça un mariage, mais du viol », a déclaré Shada Mohammad Nasser, une avocate à la Haute Cour de Sanaa. Elle a plaidé au tribunal plusieurs demandes de divorce au nom de fillettes mariées, mais elle reconnaît avoir perdu la plupart de ces affaires. Seules quelques petites filles ont réussi à divorcer.

« La loi sur le mariage stipule qu'une jeune fille ne doit pas coucher avec son mari avant d'avoir atteint la maturité, que la loi fixe à l'âge de 15 ans. Mais la loi n'est pas appliquée », a déclaré Nasser.

 

Une jeune fille peut être mariée dès l'âge de neuf ans, mais elle ne peut pas légalement demander le divorce avant ses 15 ans. L'argent versé par le mari pour sa «femme» est un obstacle supplémentaire au divorce, et la cause ne peut être plaidée que devant un tribunal du gouvernorat où le mariage a été prononcé.

«Habituellement, le mariage est prononcé dans le gouvernorat de l'époux, et les juges ont tendance à favoriser leur propre clan » «Habituellement, le mariage est prononcé dans le gouvernorat de l'époux, et les juges ont tendance à favoriser leur propre clan », explique Nasser. « Beaucoup de juges ont des vues mystérieuses sur les femmes ».

Selon le centre international de recherche sur les femmes (International Centre for Research on Women, ICRW), basé à Washington DC, un peu moins de la moitié des filles yéménites, 48 pour cent pour être exact, sont mariées avant l'âge de 18 ans. Aux termes de la Convention des Nations unies sur les droits de l'enfant, elles sont considérées comme mineures.

D'après une étude inédite sur le mariage précoce menée en 2007 par le Centre de recherche et d'étude de l'université de Sanaa sur la situation des femmes, jusqu'à la moitié des filles de moins de 15 ans sont mariées dans certains gouvernorats.

Le Yémen a signé la Convention relative aux droits de l'enfant et la Convention sur l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes (CEDAW). Une lueur d'espoir ?

Des enfants parents

« Le plus grand problème que doivent affronter aujourd'hui les femmes yéménites est le mariage des enfants », a déclaré Wafa Ahmad Ali, de l'Union des femmes yéménites, qui fait campagne depuis longtemps pour le relèvement de l'âge minimum du mariage.

«...les filles sont contraintes d'avoir des enfants avant que leur corps soit complètement développé... »

« Ces mariages précoces privent les petites filles de leur droit à une enfance normale et à l'éducation. Au lieu d'aller à l'école et de jouer avec d'autres enfants, les filles sont contraintes d'avoir des enfants avant que leur corps soit complètement développé », a-t-elle observé.

Toutefois, la ministre des droits de la personne, Huda al-Ban, a déclaré à IRIN que le président Saleh avait récemment décidé de présenter - pour discussion au Parlement en mai - le projet de loi fixant à 17 ans l'âge minimum du mariage. « Si le projet est adopté, il pourrait prendre force de loi en septembre », a-t-elle dit.

Un monde violent

Pendant que les politiciens se disputent au parlement, des jeunes filles comme Aïcha sont prises dans un monde violent d'adultes, qu'elles sont trop jeunes pour comprendre et dont elles peuvent encore moins s'échapper.

« J'aime mieux mourir que de retourner auprès de lui »« Ce sont nos traditions», a déclaré le père d'Aïcha.

sadisme,yemen,viol,pedophilie,mariage des filles,loi islamique,charia,communautarisme,conversion,fatwa ,incoherence,retrograde,coran,islamisation,intox,dictature,terreur,mensonge,histoire,morale,reflexion,sociologie,islam,religion,paix,censure,propagande,manipulation,fanatisme,persecution,liberte d expression,violence,insconscient collectif,egoisme,capitalisme,intimidation,mahomet,naivete,traditionaliste,integrisme,certitude,media,incertitude,musulman,betise,ignorance

Il admet toutefois qu'elle était peut-être trop jeune pour le mariage. Bien qu'elle ait dorénavant un avocat, Aïcha ne pourra divorcer que lorsque les deux hommes qui contrôlent sa vie (son père et son mari) s'entendront sur les montants à recevoir par chacun.

En tout cas, Aïcha sait ce qu'elle veut : « J'aime mieux mourir que de retourner auprès de lui », dit-elle en essuyant une larme derrière son voile.

Source : Law stipulates girls can marry at just 9 in Yemen, Al Arabiya, 21 février 2010 Traduction Poste de veille (Merci à mon traducteur)

Quelques URL ?


http://groups.google.com/group/seattle.politics/browse_thr

ead/thread/625ba9b8f2017470/501080e92c8299fb

http://www.haaretz.com/news/10-year-olds-aren-t-too-young

-to-be-brides-in-saudi-arabia-1.251183

http://www.freerepublic.com/focus/f-news/2456941/posts

http://vigilanceliberte.canalblog.com/archives/2010/11/24/

20976160.html

http://prophetie-biblique.com/forum-religion/islam-christianisme/mahomet-prophete-pedophile-t165-720.html

http://hijabeauty.skyrock.com/

 

sadisme,yemen,viol,pedophilie,mariage des filles,loi islamique,charia,communautarisme,conversion,fatwa ,incoherence,retrograde,coran,islamisation,intox,dictature,terreur,mensonge,histoire,morale,reflexion,sociologie,islam,religion,paix,censure,propagande,manipulation,fanatisme,persecution,liberte d expression,violence,insconscient collectif,egoisme,capitalisme,intimidation,mahomet,naivete,traditionaliste,integrisme,certitude,media,incertitude,musulman,betise,ignorance

sadisme,yemen,viol,pedophilie,mariage des filles,loi islamique,charia,communautarisme,conversion,fatwa ,incoherence,retrograde,coran,islamisation,intox,dictature,terreur,mensonge,histoire,morale,reflexion,sociologie,islam,religion,paix,censure,propagande,manipulation,fanatisme,persecution,liberte d expression,violence,insconscient collectif,egoisme,capitalisme,intimidation,mahomet,naivete,traditionaliste,integrisme,certitude,media,incertitude,musulman,betise,ignorance