15/02/2010

Algérie : femmes lynchées d'El Haïcha : Drame et indifférence

 

Je reste étonné de la Laïcité ?

 

Qui critique à fonds la caisse les Catholiques,et le Pape Benoit XVI?

En Belgique ,c'est Monseigneur Léonard ,qui est victime de toutes les critiques,les procès d'intention et même de calomnies ?


Et en même temps ,la Laïcité reste passive devant de telles situations ?


Mais voila ?

Le respect des droits de l'homme a t'il un sens en 2010 ?

En Europe ?

Algérie
Le cauchemar des femmes lynchées d'El Haïcha
Par Anis Allik, publié le 12/02/2010 à 13:00 - mis à jour le 15/02/2010 à 14:33

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/le-cauchemar-des-femmes-lynchees-d-

el-haicha_848560.html?XTOR=EPR-181

RYAD KRAMDI/MILLEMO/MAXPPP pour L'Express

Un imam intégriste leur avait mis dans la tête que toute femme seule, ne pouvait

être qu'une prostituée


L'émotion submerge rapidement Fatiha (en bleu) et Rahmouna (en voile), lorsqu'elles

évoquent cet épisode.

Voir la photo :

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/le-cauchemar-des-femmes-lynchees-d-

el-haicha_848560.html?XTOR=EPR-181


Près d'un site pétrolier du Sahara, une centaine d'hommes lynchent un groupe de

travailleuses, à la suite du prêche virulent d'un imam. Rencontre avec deux

victimes qui, bravant les tabous, témoignent dans un livre-document.

Un deux-pièces, quelque part près d'Oran, dans le nord-ouest de l'Algérie. Trois

femmes sont assises dans un obscur petit salon, où flotte une odeur de soupe et de

détergent. Un épais foulard sur les cheveux, la maîtresse des lieux débarrasse la

table du midi et sert le café avec raideur.

Oranaise de souche, mère divorcée, Rahmouna, aujourd'hui âgée de 44 ans, a

travaillé pendant cinq ans comme femme de ménage et cuisinière, à proximité du

chantier pétrolier de Hassi Messaoud, une ville perdue dans le désert algérien.

Avec Fatiha, une amie proche, âgée de 35 ans, elle y a mené une rude vie

d'ouvrière. Des centaines de femmes vivaient là-bas, à la recherche d'un salaire

décent. Elles y ont vécu un cauchemar.

38 femmes en proie à des criminels déchaînés

Cette nuit du 12 au 13 juillet 2001, Rahmouna et Fatiha étaient chez elles, comme

chaque soir, dans leurs maisons du bidonville d'El Haïcha, près de Hassi Messaoud.

Dans cette favela saharienne au toponyme horriblement prédestiné (El Haïcha veut

dire "bête sauvage" en arabe algérien), elles vont connaître l'horreur. Avec 36

autres femmes, elles sont la proie de criminels déchaînés.

Un imam intégriste leur avait mis dans la tête que toute femme seule, ne pouvait

être qu'une prostituée.


Pendant près de cinq heures, aux cris d'"Allah Akbar" et d'appel au "djihad", elles

sont tabassées, injuriées, violées, souillées et mutilées par une horde de voyous

"talibanisés".

 Un imam intégriste leur avait mis dans la tête que toute femme travaillant et

vivant seule, "portant hijab ou pas", ne pouvait être qu'une prostituée et une

menace pour la sérénité de la communauté.

 Ils commettent l'innommable.

Comédienne et militante féministe, Nadia Kaci a suivi leur combat et publie ce

mois-ci en France leur témoignage (1). L'épisode atroce est connu en Algérie et

déjà fait l'objet d'un film (2).

 Mais l'originalité du livre tient au récit mené à la première personne: le drame

est raconté "de l'intérieur", par deux survivantes. Neuf ans après, l'horreur est

intacte.

Extraits du livre Laissées pour mortes.Les assaillants étaient une centaine,

explique Rahmouna: "Ils m'ont lacéré les cuisses et le ventre. Tout mon être et

tous mes membres étaient en sang.

 Ils étaient plusieurs sur moi." Fatiha intervient: "L'un d'eux, un monstre, m'a

jetée sur son épaule comme une bête d'abattoir et traînée jusqu'au cimetière proche

pour me violer, en menaçant de m'égorger avec un morceau de ferraille."

 Ce soir-là, conclut Nadia Kaci, l'une et l'autre sont "laissées pour mortes".

Depuis lors, beaucoup des survivantes vivent dans le silence et la honte. Elles

craignent les représailles et restent victimes de l'opprobre social. Rahmouna et

Fatiha auraient pu retourner à l'existence auxquelles elles semblent destinées -

celle typique des filles de condition modeste, privées d'enfance, sorties de

l'école avant l'âge, jetées dans l'univers violent des mères répudiées et rendues

coupables de mariages ratés.
 Il en sera autrement.

Raconter le calvaire

Rahmouna et Fatiha refusent de baisser les bras. Dans la douleur, bravant le mépris

et l'ignorance, elles font le tour des tribunaux autour de Hassi Messaoud et

racontent leur calvaire afin de confondre les auteurs du crime et leurs complices.

Pour rappeler à la bonne société, aussi, qu'elles ne sont "ni des prostituées ni

des femelles dépravées", mais des victimes d'individus "imbéciles et barbares".


DR

Laissées pour mortes, le lynchage des femmes de Hassi Messaoud, éditions Max Milo
A l'issue d'un procès, en 2004, trois hommes sont condamnés à des peines de prison

- huit, six et trois ans respectivement - tandis que six autres sont acquittés.

"Surtout, précisent-elles, 20 condamnations à vingt ans, 4 à dix ans et une à cinq

ans l'ont été par contumace". Ces coupables-là courent toujours. Rahmouna et Fatiha

craignent chaque jour d'en croiser un dans la rue.

Elles cherchent à tourner la page, sans pour autant oublier: "Nous avons refusé

d'être sacrifiées une deuxième fois, disent-elles.

 C'est l'essentiel."

Ces dernières années, Fatiha a épousé un ancien collègue de travail qui l'a

soutenue dans son épreuve. Cette union lui a permis de se réconcilier avec ses

parents, qui ne voulaient plus entendre parler d'elle. Rahmouna, elle, regrette de

ne pas avoir pu revoir son frère aîné avant la mort de celui-ci.

 Il l'accusait d'avoir sali la réputation de la famille.
Elle aurait tant voulu lui expliquer...

(1) Laissées pour mortes, témoignages recueillis par Nadia Kaci. Editions Max Milo,

2010.

(2) Vivantes, long-métrage de Said Ould Khelifa sorti en Algérie en 2008.

 a lire également :

Algérie
La nuit de la haine /

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/la-nuit-de-la-haine_848559.html

1948 -2008 60e anniversaire de la Déclaration des droits de l'homme .

Article 3

Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

 
Article 4

Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l'esclavage et la traite des

esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.


Article 5

Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains

ou dégradants.

À suivre et à vos commentaires .......


Toutes les réactions sont publiées ,

à l'exception des mails vulgaires,

injurieux ou anonymes .


Ce sont les "minables " qui envoient des mails anonymes ?


Sont également refusés :

les tentatives d'intimidations ,

les mails à caractères

mercantiles ou opportunistes .
,  

11/02/2010

La princesse saoudienne qui défend la cause des femmes

Paradoxe Européen ?

 

Alors ,que dans de nombreux pays ,des personnes luttent pour le respect des droits de l'homme,de la dignité de la femme et de la personne humaine ?souvent aux prix de leurs vies ?


En Europe ,certains Laïques et Athées apportent leurs soutiens à des Religieux ,qui veulent ,que les femmes soient traitées comme au Moyen-age ?


Il y a presque 2.000 ans ,600 ans avant Mahomet ,Jésus proclamait

l'égalité entre hommes et femmes :


Galates 3:28 :


Maintenant, il n’y a plus de place pour les discriminations faites par les hommes.


Il n’y a plus de différence entre Juif et Grec, serviteur et maître,


homme et femme:


toutes ces distinctions humaines tombent. Unis au Christ, vous ne faites plus qu’un.


Il y a plus de 3.500 ans ,soit 2.100 ans avant Mahomet ,en Mésopotamie :

les femmes étaient plus libres ,qu'actuellement dans certains pays ?


À suivre .......



Toutes les réactions sont publiées ,

à l'exception des mails vulgaires, injurieux ou anonymes .


Ce sont les "minables " qui envoient des mails anonymes ?


Sont également refusés : les tentatives d'intimidations ,les mails à caractères mercantiles ou opportunistes .



La princesse saoudienne qui défend la cause des femmes

De notre envoyé spécial à Riyad, Pierre Prier
10/02/2010.

Rencontre exclusive avec la fille préférée du roi Abdallah, et son atout pour faire bouger la société.

http://www.lefigaro.fr/international/2010/02/10/01003-20100210ARTFIG00051-la-princesse-saoudienne-qui-defend-la-cause-des-femmes-.php

Elle avait précisé : pas de photo. Pour sa première interview à un journal occidental, Son Altesse royale la princesse Adelah bint Abdallah sait jusqu'où elle peut s'aventurer. Si des présentatrices au visage découvert apparaissent quotidiennement sur les chaînes saoudiennes, la fille préférée du roi Abdallah ne peut se permettre de transgresser les «traditions familiales» même si elle n'y verrait personnellement aucun inconvénient.

 Elle a pourtant accepté, pour la première fois, de recevoir un journaliste en tête à tête, et chez elle. C'est déjà un grand pas, dans un pays où l'on peut condamner une femme au fouet pour s'être simplement trouvée en compagnie d'un homme étranger à sa famille.

La princesse accueille simplement le visiteur dans sa maison de Riyad, une vaste villa que l'on ne saurait qualifier de palais. Pas de protocole. Adelah bint Abdallah, une grande et jolie femme, tend la main en souriant au seuil d'un salon aux meubles modernes, métal et cuir.

Elle porte une jupe longue en cuir noir, une veste courte en velours vert sur un chemisier de soie grège, un foulard en fine mousseline posé sur les cheveux. «Je le mets quand je suis en représentation officielle», explique-t-elle. On est loin du niqab, la tenue noire couvrant entièrement le visage, courante dans les rues saoudiennes.

En plein accord avec son père, Adelah bint Abdallah s'est créé une mission bien à elle dans la famille royale, faire avancer la cause des femmes dans un pays encore très traditionnel.

L'establishment religieux ne voit pas cela d'un très bon œil.

 Mais avec la légitimité de son rang et l'appui personnel de son père, la princesse se sent libre d'exprimer des convictions qui pourront sans doute choquer plus d'un religieux, sans parler des islamistes locaux.

Le voile complet ? En Arabie saoudite comme en France, il devrait s'agir d'un choix personnel. La mixité, déjà en vigueur dans les hôpitaux, où des femmes médecins traitent des patients masculins, et vice-versa ? Elle devrait être étendue à toute la société.

 L'âge du mariage ? Il faut fixer un minimum, dit la princesse, qui prend spontanément

 la défense de la «fillette de Boureïda»,

une histoire qui divise les Saoudiens,

 celle d'une gamine de 12 ans qui (DU !!!!!!) a épousé un homme de 80 ans .


50 % des diplômés sont des filles 

Diplômée d'anglais de l'Université du roi Saoud, mariée au ministre de l'Éducation, Adelah bint Abdallah, mère de cinq enfants, aurait pu se contenter de mener la vie dorée des membres de la famille royale.

 Mais des anecdotes familiales, racontées par son père, elle retient surtout les leçons de courage. Comme le jour où son grand-père le roi Abdelaziz, l'unificateur du royaume par l'épée et le Coran, partagea deux dattes avec ses compagnons d'armes, «en gardant les morceaux le plus longtemps dans la bouche».

Certes, Son Altesse royale ne dédaigne pas le style de vie des classes supérieures saoudiennes.

 Elle aime voyager, s'apprête à partir skier en famille dans les Alpes pour les vacances de février, qui commencent cette semaine, et confie son attrait pour les plats de «grenouilles», prononcé en français.

 Mais elle passe aussi beaucoup de temps dans le royaume, s'impliquant personnellement dans une série d'organisations dont la plupart ont pour but la promotion des femmes, comme l'association Khadija bint Khuwailid, destinée à aider les femmes d'affaires, et qui a emprunté son nom à la femme du Prophète, une commerçante. «Elle représente l'avenir et l'espoir des Saoudiens, hommes et femmes, dit un intellectuel proche de la famille royale.

 Elle comprend très bien la société saoudienne, et elle s'est fait une idée claire de la direction à prendre.» Adelah bint Abdallah envisage une Arabie saoudite où l'on ferait la différence entre les interdits issus de la tradition et les règles de la religion.

 Suivant l'exemple de son père, qui a admis les représentants de toutes les écoles juridiques de l'islam au grand conseil des oulémas, les savants religieux, la princesse estime que l'on devrait pouvoir choisir son école préférée ce qui, là encore, ne plaira pas aux religieux officiels partisans d'une vision rigoriste de l'islam, que ses adversaires désignent comme «wahhabite».

À travers sa fille, le roi Abdallah tente de faire bouger tout un pan de la société saoudienne, un enjeu crucial pour la famille au pouvoir.
 Un pays où désormais plus de 50 % des diplômés de l'université sont des filles ne peut continuer longtemps à ignorer la moitié de ses citoyens.

 Mais ces réformes ont leurs limites.

 L'expérience des élections municipales de 2005, partielles et réservées aux hommes, n'a pour l'instant pas été reconduite.

 La monarchie avait suggéré que la fois suivante, les femmes pourraient voter.

Elles devront encore attendre.

à lire aussi :

INTERVIEW - «Nombre de lois doivent être changées»
 
http://www.lefigaro.fr/international/2010/02/10/01003-20100210ARTFIG00033-adelah-bint-abdallah-nombre-de-lois-doivent-etre-changees-.php


Toutes les réactions sont publiées ,à l'exception des mails vulgaires, injurieux ou anonymes .


Ce sont les "minables "
qui envoient des mails anonymes ?

Sont également refusés :
 les tentatives d'intimidations ,
les mails à caractères
 mercantiles ou opportunistes .

02/02/2010

Docteur Ali, objections

 

…....

 

Le Docteur ….......Ali nouveau est arrivé …...!

 

http://islamquestion.skynetblogs.be/post/7619613/laicite-...

 

Toujours pas le courage ,de se montrer au grand jour !

Et juste assez pour faire deviner ,qui se cache derrière le Docteur Ali !Mais pas de trop ?

Cela relève plus ,d'un Psychologue,que de la Théologie ?

 

En Belgique ,ce n'est pas la Burqua ,le problème ,mais l'insécurité !

Batailles à coup de couteau ,avec 1 mort et des blessés,

un commissariat en flamme ?Des voitures brulées ?Un hold-up dans une grand magasin,avec tir sur des clients ,danger de prendre le métro le soir ,voiture avec à fond la caisse ,une sono ambulante ,et des prières de la dite Religion,à 2 heures du matin …...etc........

 

Défense absolue ,de citer les origines des malfaiteurs …......

 

c'est bien sur le laxisme Européen envers certaines populations ,qui est le grand responsable ?

 

Depuis 139 ans ,se moquer des Belges et des Catholiques est un sport national de la Laïcité Française ?

La dite Laïcité Française n'oserait pas faire l'équivalent de 5 % ,avec …......(censuré ! )!

 

Donc le malaise de la Burqua ,vient que chacun doit balayer devant sa porte ?

 

Il y a des lois suffisantes ,pour l'interdire ,mais tout le monde a peur de les faire appliquer .

Même situation ,pour l'insécurité ?

 

Si la Burqua est autorisée ,je réclame le droit de porter une cagoule ,pour me protéger des regards « concupiscents  » des femmes !!!!!!

 

Si certaines catégories de femmes ont droit d'avoir des établissements uniquement réservés aux femmes;

je demande la même chose ,pour les Hommes ….....!

 

Si les gens de Religion.........(censuré ! ) ont droit

à un local à l'école pour leurs prières !

Je réclame ,l'équivalent pour les Catholiques ?

 

Etc.......etc........Bref c'est vers un société d'exclusion ,d'apartheid ,que nous allons ?

Le grand retour ,au Moyen-Age ?

 dyn010_original_405_551_pjpeg_32031_a767ca7eb1064800ead8ae175582a539

La Laïcité , c'est formidable ….......

fPENSSEUNIQUE

La pensée unique ,c'est formidable ….......

 

À suivre ….....

 

« Il faire facile d'avoir la paix ,il suffit de toujours capituler ? »

 

L'esprit Munichois est toujours bien vivant ?

Vous aviez à choisir entre la guerre et le déshonneur ;

vous avez choisi le déshonneur

et vous aurez la guerre.

Winston Churchill

Extrait d'une lettre à Chamberlain

27/01/2010

Laïcité et la Burqua .(suite 2) 

 

Laïcité et la Burqua .(suite 2) 

 

dyn007_original_398_290_pjpeg_32031_2483057cc02ddc86f7108fa71a5b9caa

Limpérialisme Laïque de la pensée unique ,

fPENSSEUNIQUE

vis à vis de certains ,et son laxisme vis à vis d'autres !
Remets en cause la liberté d'expression,et

non seulement elle mine la démocratie mais même elle menace la paix .  

 

Ayez le courage de dire NON !

Article 5

Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines

ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

1948 -2008

60e anniversaire de la Déclaration des droits de l'homme.

Pourquoi certaines femmes portent le voile intégral;

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/01/25/01016-20100125ARTFIG00522-pourquoi-certaines-femmes-portent-le-voile-integrale-.php

Cécilia Gabizon
26/01/2010 | Mise à jour : 12:02 |

Les spécialistes l'affirment : le Coran ne préconise pas de dissimuler le visage des femmes. Celles qui adoptent la burqa espèrent par ce geste se hisser au niveau d'une «élite» religieuse radicale.

Quelques milliers de femmes vivent entièrement dissimulées sous de longs voiles sombres. Un enfermement souvent volontaire qui n'en finit pas de dérouter. La mission

a tenté de comprendre comment ce niqab, imposé en Orient, avait conquis des têtes supposées libres chez nous. Après des mois d'auditions, les députés ont acquis la conviction que «cette pratique antéislamique ne présente pas le caractère d'une prescription religieuse, mais participe de l'affirmation radicale de personnalités en quête d'identité, poussées par des mouvements fondamentalistes».

Tous les représentants du culte musulman et spécialistes de l'islam auditionnés ont rappelé qu'aucun verset du Coran ne demandait aux femmes de dissimuler leur visage. Juste de «ne montrer que le dehors de leur parure, de rabattre leurs voiles sur leur gorge». Sans racine coranique, le niqab «est une véritable pathologie religieuse», a même jugé le philosophe Abdenour Bidar. Et pourtant, c'est bien au nom de l'islam que ces femmes disent la porter. Car il existe une voix minoritaire qui l'impose, celle du mouvement salafiste qui entend retrouver la splendeur de l'islam par un retour aux sources, à la vie du prophète. Ultrarigoriste, apolitique, mais sectaire, ce courant s'est développé en France ces quinze dernières années. Après les longues barbes, les niqab sont apparus dans les banlieues des grandes agglomérations.

Surenchère religieuse

Des femmes à la recherche d'absolu ont été séduites par cette surenchère religieuse. Si chacune raconte une histoire singulière, toutes «témoignent de conditions de vie dégradées dans certains de nos quartiers», estiment les députés. Du besoin d'une épine dorsale dans une existence marquée par des ruptures. Elles affirment une «recherche de pureté dans la pratique d'un culte plus austère». En écoutant «sur Internet des imams prêcher (…), les jeunes femmes qui s'islamisent en viennent à désirer ou à s'imposer de porter le niqab (…) comme le signe d'une appartenance à une élite, à une avant-garde religieuse appelée à guider la communauté musulmane égarée», selon Samir Amghar, chercheur à l'École des hautes études en sciences sociales. Ces femmes expriment aussi leur dégoût de la société environnante. «L'environnement occidental est considéré comme littéralement impie et appelle une réaction d'autoprotection et d'autodéfense, dont le voile est un moyen. Elles craignent la contagion et se barricadent comme pour échapper à un virus», a analysé Abdenour Bidar.

Au-delà des craintes fantasmées, cette tenue marque une réaction à des pressions sexistes réelles. «Les relations entre les deux sexes au sein de quartiers abritant des populations qui, par ailleurs, connaissent la précarité et en voie parfois de ghettoïsation, se sont gravement dégradées», assure la mission. L'affichage religieux permet d'échapper aux tensions, d'acquérir un statut. «En portant le niqab, d'adolescentes elles deviennent des adultes respectées notamment dans les quartiers populaires», note encore la mission. Le voile intégral serait alors une manifestation extrême de la régression de la condition des femmes dans certains quartiers.

Former des imams

Dans ce contexte, les salafistes ont un «pouvoir d'attraction sur des populations pauvres, toutes prêtes à recevoir des prescriptions pour guider leur comportement». D'ailleurs, «dans les quartiers populaires, lorsqu'on décide de se convertir à l'islam ou de se réislamiser, on le fait bien souvent au contact du salafisme, car c'est la seule offre religieuse qui y reste et qui apparaît comme la plus légitime et la plus authentique, a détaillé Samir Amghar. L'influence croissante de cette doctrine favorise un retour à la superstition et impose des normes à l'ensemble des femmes d'un quartier».

Or, assure le rapport, il suffirait d'un imam salafiste pour radicaliser une pratique localement.

La mission souligne, une fois encore, l'importance de la formation des imams.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/01/25/01016-20100125ARTFIG00522-pourquoi-certaines-femmes-portent-le-voile-integrale-.php

 

Mon Message au figaro,

pour la publication ?

J'attendrai un peu !

Pourquoi tant de sévérité envers les Catholiques,et un laxisme incroyable envers d'autres.

La Laïcité Française a été choquée ,tout d'un coup ?,que les Petits Chanteurs à la Croix de Bois ,donnent bien des concerts avec une croix de bois ?

Si la laïcité trouve normal la Burqua ,en tant que Catholique ,je réclame le droit de porter une cagoule,afin de me protéger des regards de convoitises des femmes .

Matthieu 5:28 Eh bien, moi je vous déclare: Si quelqu’un jette sur une femme un regard chargé de désir, il a déjà commis, dan son cœur, un adultère avec elle.

Ce qui est valable pour les hommes ,est valable pour les femmes .

Donc ,j'ai le droit absolu d'être protégé des femmes convoiteuses,et de porter une cagoule .

 

Matthieu 26:41 Veillez et priez, pour que vous ne cédiez pas à la tentation. Certes, l’esprit est plein de bonne volonté, mais la nature humaine est faible et le corps a ses défaillances.

Dieu étant particulièrement muet ,il est possible de lui faire dire n'importe quoi ,et d'adapter les textes «sacrés » à la convenance ,qui vous convient .