22/09/2013

Attentat Islamiste à Nairobi: 39 morts et 150 blessés


http://www.lalibre.be/actu/international/fusillade-a-nair...

 

 

International Ce pourrait être l'attentat le plus meurtrier depuis l'attaque-suicide d'al-Qaïda qui avait visé en août 1998 l'ambassade américaine de Nairobi et fait plus de 200 morts. 

 

Un commando masqué et armé a attaqué samedi un centre commercial de luxe à Nairobi, tuant au moins 39 personnes, blessant 150 personnes parmi la foule des riches clients kényans et expatriés. Les Shebab somaliens liés à Al-Qaïda ont revendiqué samedi soir sur leur compte Twitter l'attaque. "Les moujahidines ont pénétré aujourd'hui vers midi dans Westgate", le centre commercial où a eu lieu l'attaque, indique un message posté sur leur compte peu après 18H00 GMT. "Ils ont tué plus de 100 infidèles kényans et la bataille se poursuit", affirment les islamistes.

Trente-neuf personnes ont été tuées et 150 blessées dans l'attaque samedi d'un centre commercial à Nairobi, a déclaré le président kényan Uhuru Kenyatta dans un allocution télévisée. Le Kenya "a surmonté des attaques terroristes auparavant et il les vaincra à nouveau", a déclaré M. Kenyatta dans ce message à la nation. Il a précisé avoir "personnellement perdu des membres de sa famille" dans l'attaque contre le centre commercial. Un précédent bilan faisait état de 30 morts et soixante blessés.

Toujours bondé le week-end, l'endroit est régulièrement cité comme une cible possible de groupes liés à Al-Qaïda, tels les insurgés islamistes somaliens shebab.

Ils ont ouvert le feu à l'arme automatique et à la grenade sur la foule cosmopolite -Africains, Indiens et Occidentaux- des clients et le personnel du centre.

L'attaque est inédite dans la capitale kényane et pourrait être l'attentat le plus meurtrier depuis l'attaque-suicide d'al-Qaïda qui avait visé en août 1998 l'ambassade américaine de Nairobi et fait plus de 200 morts.

Des unités d'élite de l'armée kényane ont été déployées en renfort des nombreux policiers déjà sur place pour évacuer les clients et employés piégés à l'intérieur du centre commercial, survolé par des hélicoptères de la police et de l'armée, a-t-on constaté.

Les affrontements se poursuivaient vers 14H30 GMT, avec des tirs et rafales audibles autour de l'entrée du bâtiment de quatre étages, très probablement plein de familles faisant leurs courses au moment de l'attaque.

Une journaliste de l'AFP-TV a vu trois cadavres allongés à l'extérieur du centre et deux à l'intérieur. Des blessés en sang, des parents tenant leurs enfants dans les bras, apeurés et choqués, étaient évacués dans la précipitation.

Les forces de sécurité progressaient magasin après magasin pour évacuer les personnes prises au piège et tenter de déloger les hommes armés, masqués et vêtus de noir selon des témoins, qui détenaient au moins sept otages.

"Ils ont sept otages, c'est confirmé", a déclaré à l'AFP un policier sur place. Mais le nombre d'otages pourrait sans doute être beaucoup plus élevé, vu la fréquentation au moment de l'attaque et l'étendue des lieux.

Les médias kényans ont parlé de voleurs armés ou de "terroristes". Le "Westgate Mall" est un labyrinthe de boutiques en tout genre, où il est aisé de se cacher ou de se retrancher.

Selon un témoin, les assaillants ont "exécuté" des clients et parlent une langue étrangère, peut-être l'arabe ou le somali.

Des hommes et des femmes terrifiés, certains tenant des enfants dans les bras, fuyaient la zone en courant, certains blessés. D'autres rampaient le long de murs pour éviter les balles perdues. Plusieurs voitures constellées d'impacts de balles étaient abandonnées çà et là.

De nombreux véhicules de police et des ambulances encerclaient le "Westgate Mall", où riches Kényans et expatriés aiment à venir pendant les week-end faire du shopping, flâner en famille ou se restaurer.

Ce centre commercial, ouvert en 2007, et proche du siège local des Nations unies, compte des restaurants, des cafés, des banques, un grand supermarché et un cinéma multiplexe qui attirent des milliers de personnes chaque jour.

Selon la journaliste de l'AFP-TV, des policiers et des gardes de sécurité tentaient de sécuriser le cinéma où d'autres otages pourraient être retenus, et au moins 20 personnes cachées dans un magasin de jouets situé à l'un des étages supérieurs ont été évacuées.

Le patron d'un magasin a témoigné qu'à un moment, "il semblait que les tireurs avaient pris le contrôle de l'ensemble du centre commercial".

Sudjar Singh, qui travaille dans le centre, en a réchappé de justesse. "Les hommes armés ont tenté de me tirer dans la tête mais ils m'ont manqué. Au moins 50 personnes ont été touchées" par des balles, a-t-il déclaré à l'AFP.

"J'ai vu un petit garçon évacué sur un caddie, il devait avoir cinq ou six ans. Il avait l'air mort", a-t-il ajouté.

Annette, une autre survivante, raconte avoir "vu trois des attaquants vêtus de noir, les visages masqués, et ils avaient de gros fusils".

Kenneth Kerich faisait ses courses lorsque l'attaque a commencé. "Soudain j'ai entendu des coups de feu et tout le monde s'est mis à courir. Je me suis allongé au sol. J'ai vu deux personnes tomber et saigner, je pense qu'elles ont été touchées par des balles", a-t-il dit.

"Au départ nous pensions que c'était la police qui affrontait des voleurs. Mais nous n'avons pas pu nous enfuir avant que les policiers n'entrent (dans le centre commercial), tirent en l'air et nous disent de sortir", d'après M. Kerich.

La police a enjoint aux habitants de rester à l'écart.

"Il y a un incident à Westgate et nous demandons instamment au public de rester à l'écart", a déclaré le chef de la police David Kimaiyo.

"Nos agents (...) sont en train d'évacuer ceux qui sont à l'intérieur et ils recherchent les assaillants", avait-t-il ajouté.

"Nous avons réussi à mettre à l'abri un certain nombre de personnes. Nous demandons aux Kényans d'éviter cette zone (...)", a indiqué le ministère de l'Intérieur kényan via un message posté sur Twitter.

Les insurgés somaliens shebab ont régulièrement menacé ces dernières années de mener des attaques sur le territoire kényan, en représailles au soutien militaire de Nairobi au gouvernement somalien.

Déclarations du président kényan

"Nos forces de sécurité sont en train de procéder à la neutralisation des assaillants et à la sécurisation du centre commercial", a-t-il dit, alors que les opérations se poursuivaient tard dans la nuit.

Les islamistes shebab somaliens, liés à al-Qaïda, ont revendiqué, sur leur compte Twitter, l'attaque contre le centre commercial de luxe "Westgate Mall".

"Ils veulent créer la peur et le découragement dans notre pays, mais nous ne nous laisserons pas intimider", a lancé M. Kenyatta, ajoutant: "le terrorisme est une philosophie de lâches".

"Je demande à Dieu de vous apporter du réconfort. Mon gouvernement vous apportera le soutien nécessaire dans les jours à venir", a encore dit le président à ses concitoyens.

Deux Françaises tuées, Hollande condamne un "lâche attentat"

Deux Françaises comptent parmi les victimes de l'attaque, un acte qualifié de "lâche attentat" par le président François Hollande qui a exprimé sa "totale solidarité" avec les autorités kényanes.

Dans un communiqué publié peu après 22h30 évoquant cette "attaque terroriste en cours", la présidence française a annoncé que "deux Françaises ont été tuées dans cet acte ignoble qui a déjà fait de nombreuses victimes". Les identités n'ont pas été précisées.

Le président Hollande "condamne avec la plus grande fermeté ce lâche attentat et il partage la douleur de la famille de nos compatriotes. Il exprime sa totale solidarité avec les autorités kényanes", ajoute le texte.

Des Américains blessés dans l'attaque "insensée" du centre commercial 

Un nombre indéterminé de ressortissants américains ont été blessés dans l'attaque samedi d'un centre commercial de Nairobi, a annoncé le département d'Etat américain, qui a condamné un "acte de violence insensé".

L'ambassade américaine au Kenya, qui a été mobilisée pour leur venir en aide, est "également en contact avec les autorités locales et a offert son assistance", précise le département d'Etat dans un communiqué.

"Nous condamnons cet acte de violence insensé au cours duquel de nombreux hommes, femmes et enfants innocents ont été tués ou blessés", déclare le département d'Etat.

Le ministère américain, qui surveille "de près" l'évolution de la situation à Nairobi, n'a pas précisé le nombre de victimes américaines ni leur état de santé.

Un couple belge présent dans le centre commercial a pu s'échapper

Un couple belge était présent samedi dans le centre commercial de luxe de Nairobi. Les ressortissants belges ont pu quitter les lieux sains et saufs, a indiqué le SPF Affaires étrangères, qui n'a pas eu d'autres indications de la présence de Belges sur place.

Quelque 500 Belges se trouvent actuellement au Kenya, dont 300 à Nairobi. Les Affaires étrangères suivent la situation et sont en contact avec la communauté belge présente dans le pays.

Le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, a condamné l'attaque perpétrée au West Gate Mall de Nairobi. Il présente sa sympathie aux familles des victimes et aux autorités du Kenya, ou il se trouvait encore fin août en visite de travail.

Des Britanniques "sans aucun doute" parmi les victimes de l'attentat à Nairobi 

Des ressortissants britanniques figurent "sans aucun doute" au nombre des victimes de l'attentat meurtrier dans un centre commercial de Nairobi et des diplomates tentent d'obtenir des informations sur toutes les personnes touchées, a déclaré samedi le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague.

"Il y a sans aucun doute des ressortissants britanniques qui se sont retrouvés piégés dans cette attaque et nous devrions nous y attendre", a déclaré M. Hague à la télévision à la suite de l'attentat. 

Les Etats-Unis condamnent l'attentat meurtrier au Kenya

La Maison Blanche a qualifié d'"ignoble" l'attentat qui a causé la mort samedi d'au moins 39 personnes dans un centre commercial de Nairobi promettant d'aider le Kenya dans sa lutte contre le terrorisme.

"Les auteurs de cet acte haineux doivent être traduits en justice et nous avons offert notre plein soutien au gouvernement du Kenya pour y parvenir", a déclaré le porte-parole du Conseil national de sécurité, Caitlin Hayden, dans un communiqué.

 

                                                                  ============================

 

 

 

10/12/2012

Le Maroc signe une convention avec la mosquée de Saint-Etienne pour encadrer son enseignement

 

enfants,religion, terrorisme islamique,christianisme,islamisation,dhimmitude,philosophie,saint-nicolas,fête,étudiant,générosité ,avant,cadeaux,jouet,coutume,folklore,tradition,richesse culturelle,amour des enfants,catholique,catholicisme,avent,cathophobie,noël,vierge marie,culte marial,évangélique,tolérance,fanatisme,mensonge,patrimoine bruxellois,sapin de noël,remplacement de la population

 

L’Islamisation de la France et la dhimmitude des Français !

Les droits des Musulmans en France ,en Belgique,en Europe !

Sont interdits et punissables

au Maroc ?

enfants,religion, terrorisme islamique,christianisme,islamisation,dhimmitude,philosophie,saint-nicolas,fête,étudiant,générosité ,avant,cadeaux,jouet,coutume,folklore,tradition,richesse culturelle,amour des enfants,catholique,catholicisme,avent,cathophobie,noël,vierge marie,culte marial,évangélique,tolérance,fanatisme,mensonge,patrimoine bruxellois,sapin de noël,remplacement de la population

 


Propriété du Maroc, la grande mosquée Mohammed VI de Saint-Etienne (Rhône-Alpes) a signé, jeudi 6 décembre, une convention-cadre en présence du conseiller du Ministre des affaires islamiques Monsieur Simohammed RIFKI chargé au nom du ministre Ahmed Taoufiq de ratifier cette convention.

Le but est de « permettre à notre institut religieux de disposer d’un soutien à la fois financier et d’échange intercultuel », nous indique Larbi Marchiche, le recteur de la grande mosquée.

« Monsieur le Ministre a accordé à la Grande Mosquée Mohammed VI une subvention de plus de 700 000 € et a pris l’engagement de mettre à disposition de la Grande Mosquée Mohammed VI toute l’année des conférenciers théologiens de renommée internationale pour assurer des colloques et des conférences pour les musulmans de la Région toute l’année », est-il précisé dans un communiqué. Lire la suite sur Saphhirnews.

enfants,religion, terrorisme islamique,christianisme,islamisation,dhimmitude,philosophie,saint-nicolas,fête,étudiant,générosité ,avant,cadeaux,jouet,coutume,folklore,tradition,richesse culturelle,amour des enfants,catholique,catholicisme,avent,cathophobie,noël,vierge marie,culte marial,évangélique,tolérance,fanatisme,mensonge,patrimoine bruxellois,sapin de noël,remplacement de la population

Rappelons que le Maroc interdit aux Chrétiens d'obtenir la nationalité marocaine, et punit lourdement la diffusion du christianisme sur son territoire, de nombreux évangélistes étrangers ont été expulsés ces dernières années. L'article 220 du code pénal marocain dispose :

« Est puni d'un emprisonnement de 6 mois à 3 ans et d'une amende de 100 à 500 dirhams, quiconque emploie des moyens de séduction dans le but d'ébranler la foi d'un musulman ou de le convertir à une autre religion, soit en exploitant sa faiblesse ou ses besoins, soit en utilisant à ces fins des établissements d'enseignement, de santé, des asiles ou des orphelinats. En cas de condamnation, la fermeture de l'établissement qui a servi à commettre le délit peut être ordonnée, soit définitivement, soit pour une durée qui ne peut excéder 3 ans. »

enfants,religion, terrorisme islamique,christianisme,islamisation,dhimmitude,philosophie,saint-nicolas,fête,étudiant,générosité ,avant,cadeaux,jouet,coutume,folklore,tradition,richesse culturelle,amour des enfants,catholique,catholicisme,avent,cathophobie,noël,vierge marie,culte marial,évangélique,tolérance,fanatisme,mensonge,patrimoine bruxellois,sapin de noël,remplacement de la population



Aussi, l'islam officiel au Maroc (comme en Algérie) est de rite sunnite malékite. L'ouvrage fondamental de l'imâm Malik  (710-795) El-Muwatta' qui se vend très bien en Fnac ou dans les librairies musulmanes dont celle de l'Institut du Monde Arabe, enseigne d'assommer les moines chrétiens faisant du prosélytisme, de violer les femmes issues du butin de guerre, de tuer les apostats, de partir en expédition guerrière...

Dans le Livre numéro 21 , le point 18 enseigne de tuer les moines ou chanoines prosélytes :

« Tu verras des gens qui se sont rasé le sommet de la tête [en référence à la tonsure de moines prosélytes], abats-les en frappant le sommet de leur tête ».

L’assassinat des moines de Tibéhirine en 1996,  n’est donc pas le fait de fous, mais de personnes appliquant l’islam enseigné au Maroc et en Algérie.

Le point 18: « Le jugement fait au sujet de l’apostat (al-murtadd) » Zayd Ibn Aslam a rapporté que l’envoyé de Dieu a dit : « celui qui est un apostat, coupez sa tête »

Mâlik commente « Ce que nous pensons, et Dieu est le plus informé, au sujet de ceux qui ont apostasié sont à assommer, ceux qui renient l’islam et se convertissent à une autre religion tels les athées et leurs similaires, ceux-ci le déclarant, on les assomme aussi »

Dans ce livre fondateur du droit islamique de rite malékite, on trouve aussi des justifications au viols des femmes esclaves, au jihâd offensif, et bien d’autres horreurs islamiques.

Autre ouvrage fondamental de l'enseignement marocain, La Risala du jurisconsulte Zayd al-Qayrawani (922 - 996), littéralement « épître », contenant quatre mille prescriptions juridiques (masâala) et quatre cent hadith.

Le Ministère des affaires religieuses Marocain rend compte sur son site internet que  « Elle [La Risâla] est programmée dans les établissements de l’enseignement traditionnel et elle est hautement considérée par les oulémas. » .

Un classique parmi les classiques donc, dont nous avions noté la présence au sein de la bibliothèque de l’Institut du Monde Arabe.

  Voici quelques extraits de l’ouvrage, dans une traduction de Alhaj Bello Mohammad Daura. :                                                                

37.19 Crimes contre l’islam :

   « Les hérétiques (Zindiq) doivent être mis à mort et leur repentance est à rejeter. Un hérétique est quelqu’un qui dissimule sa mécréance en prétendant embrasser l’islam.[…] Un apostat doit aussi être tué sauf s’il se repent. Il lui est permis trois jours de grâce, si il refuse à utiliser la chance du repentir, l’exécution doit avoir lieu. La même chose s’applique aux femmes apostates.[…] Insulter le Messager de Dieu, il doit être exécuté même si sur ces entrefaites il accepte l’islam »                                                                                                   

37.30 Homosexualité :

« Si un homme commet l’acte de sodomie avec un mâle adulte consentant, les deux doivent être condamnés à mort, musulmans ou non. »                                                                                                    

  Le chapitre 30 est consacré à la question du jihâd :   

    « le Jihâd est une obligation devant être entreprise par une part de la communauté en faveur des autres. Il est préférable, selon nous, que l’ennemi ne soit pas combattu tant qu’il n’ait pas été invité à rejoindre Allah, sauf s’il attaque en premier. »

Ainsi, le jihâd peut être clairement offensif, car la distinction entre les deux cas de figures (offensif/défensif) est établie : dans le cas d’un assaut vers des non musulmans n’ayant pas provoqué la oumma, le juriste musulman préconise la conversion ou la mort.         
   Offrant le choix entre islam et Jizya (impôt dont doit s’acquitter le dhimmi) :

« Ils peuvent soit accepter l’islam ou payer la Jizya ; Sinon, ils doivent être combattus. »

   Faute de conversion, le statut de dhimmi est proposé. Son refus légitime l'extermination physique !

La seule manière d'être certain que ces ouvrages ne soient pas enseignés dans les mosquées en France, est d'interdire leurs constructions car il s'agit de l'islam officiel sunnite recommandé par les oulémas fonctionnaires du Maroc et de l'Algérie.

Le principe de précaution ne doit pas s'appliquer que dans le secteur alimentaire et médical.

 

enfants,religion, terrorisme islamique,christianisme,islamisation,dhimmitude,philosophie,saint-nicolas,fête,étudiant,générosité ,avant,cadeaux,jouet,coutume,folklore,tradition,richesse culturelle,amour des enfants,catholique,catholicisme,avent,cathophobie,noël,vierge marie,culte marial,évangélique,tolérance,fanatisme,mensonge,patrimoine bruxellois,sapin de noël,remplacement de la population

L'islamisme a de beaux jours devant lui en France...

Observatoire de l'islamisation- décembre 2012.

http://www.islamisation.fr/archive/2012/12/07/le-maroc-signe-une-convention-avec-la-mosquee-de-saint-etien.html

 

enfants,religion, terrorisme islamique,christianisme,islamisation,dhimmitude,philosophie,saint-nicolas,fête,étudiant,générosité ,avant,cadeaux,jouet,coutume,folklore,tradition,richesse culturelle,amour des enfants,catholique,catholicisme,avent,cathophobie,noël,vierge marie,culte marial,évangélique,tolérance,fanatisme,mensonge,patrimoine bruxellois,sapin de noël,remplacement de la population

enfants,religion, terrorisme islamique,christianisme,islamisation,dhimmitude,philosophie,saint-nicolas,fête,étudiant,générosité ,avant,cadeaux,jouet,coutume,folklore,tradition,richesse culturelle,amour des enfants,catholique,catholicisme,avent,cathophobie,noël,vierge marie,culte marial,évangélique,tolérance,fanatisme,mensonge,patrimoine bruxellois,sapin de noël,remplacement de la population


 

05/10/2011

le pasteur Nadarkhani pas de peine de mort pour apostasie .Iran terre de tolérance.

islam,iran,apostasie,peine de mort,manipulation,doute,certitude,incertitude,fanatisme,integrisme,cathophobie,cathophobe,pasteur nadarkhani,evangelique,droit de l homme,antisemitisme,fondamentalisme,charia,femme,fondamentaliste,integriste,obscurantisme,propagande,reflexion,religion,terrorisme,theologie,tolerance,modernite,statut des femmes


Poster géant du Guide suprême l'ayatollah Ali Khamenei, installé à Téhéran, le 26 septembre 2011 (AFP/Archives, Atta Kenare)

 

le culte de la personnalité ?L'égal de Mahomet ?

     

Iran: le pasteur Nadarkhani n'encourt pas la peine de mort pour apostasie

 

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5i2agqJq-EFf9NgOhBqEdPAK_T1_Q?docId=CNG.35fc833916a7dcee89c11576e5b11442.821&index=0

L'indignation à deux vitesses des évangéliques .

En Europe ,ils courtisent les musulmans contre les Catholiques,les Orthodoxes et les Chrétiens d'Orient et d'Afrique ?

Ils sont complètement indiffèrent au sort des Chrétiens d'Irak ou d'Afrique ,mais ils hurlent ,quand l'un des leurs subi le même sort que les   oubliés ?

islam,iran,apostasie,peine de mort,manipulation,doute,certitude,incertitude,fanatisme,integrisme,cathophobie,cathophobe,pasteur nadarkhani,evangelique,droit de l homme,antisemitisme,fondamentalisme,charia,femme,fondamentaliste,integriste,obscurantisme,propagande,reflexion,religion,terrorisme,theologie,tolerance,modernite,statut des femmes

 

TEHERAN — La pasteur iranien Youssef Nadarkhani, pour lequel les capitales occidentales se sont mobilisées, n'encourt pas la peine capitale pour apostasie mais a en revanche commis des "délits sécuritaires", a affirmé un responsable iranien cité vendredi par l'agence Fars.

"La question du crime et de la peine capitale de cet individu n'est pas une question de foi ou de religion. Dans notre régime, personne n'est exécuté pour avoir changé de religion", a déclaré le vice-gouverneur de la province de Ghilan (nord), où M. Nadarkhani vient d'être rejugé pour apostasie après que la cour suprême a annulé en juillet une condamnation à mort pour le même motif.

M. Nadarkhani "est un sioniste, un traître et a commis des crimes sécuritaires", a en revanche affirmé M. Gholam-Ali Rezvani, chargé des affaires sécuritaires et politiques.

C'est la première fois qu'un responsable iranien évoque publiquement cette affaire, qui a mobiliser les capitales occidentales pour appeler l'Iran à libérer le pasteur.

"Sur l'apostasie, c'est exactement ce que nous avons dit devant le tribunal", a déclaré à l'AFP, l'avocat de M. Nadarkhani, Me Mohammad Ali Dadkhah. "En revanche, il n'a pas été question de délits sécuritaires lors du procès. Il faudrait que ces nouvelles accusations soient examinées devant la justice", a-t-il ajouté.

M. Nadarkhani, 32 ans, musulman converti au christianisme à l'âge de 19 ans et devenu pasteur d'une petite communauté évangélique baptisée "Eglise d'Iran", a été arrêté en octobre 2009 et condamné à mort en septembre 2010 pour apostasie en vertu de la charia (loi islamique) en vigueur en Iran.

La Cour suprême a toutefois annulé ce verdict début juillet, et renvoyé l'affaire devant le tribunal de Rasht (nord), d'où le pasteur est originaire, en demandant à l'accusé de se "repentir".

Le tribunal a réexaminé l'affaire cette semaine, et Me Dadkhah s'est dit jeudi "optimiste" sur le verdict, tout en précisant que M. Nadarkhani avait refusé de renoncer à sa foi chrétienne.

"Dans ce pays islamique (l'Iran, ndlr), on ne fait rien aux personnes qui changent de religion, elles ont affaire à Dieu" devant qui elles "devront en répondre le jour du Jugement dernier", a affirmé vendredi le vice-gouverneur du Ghilan.

Washington, Londres, Berlin et plusieurs capitales occidentales ont dénoncé mercredi le sort fait à M. Nadarkhani, et ont appelé à sa libération.

"J'exhorte la république islamique à respecter ses engagements internationaux en matière de droits de l'Homme, et appelle fermement l'Iran à ne pas condamner le pasteur Nadarkhani à mort. J'appelle à sa libération immédiate et sans condition", a déclaré vendredi la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton.

"Malgré les déclarations du Guide suprême (iranien, l'ayatollah Ali Khamenei) et du président (Mahmoud Ahmadinejad) qui affirment soutenir les droits et les libertés des citoyens iraniens et des peuples de la région, le gouvernement poursuit sa répression contre toute forme de dissidence", a dénoncé de son côté la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton.

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5i2agqJq-EFf9NgOhBqEdPAK_T1_Q?docId=CNG.35fc833916a7dcee89c11576e5b11442.821&index=0

islam,iran,apostasie,peine de mort,manipulation,doute,certitude,incertitude,fanatisme,integrisme,cathophobie,cathophobe,pasteur nadarkhani,evangelique,droit de l homme,antisemitisme,fondamentalisme,charia,femme,fondamentaliste,integriste,obscurantisme,propagande,reflexion,religion,terrorisme,theologie,tolerance,modernite,statut des femmes

islam,iran,apostasie,peine de mort,manipulation,doute,certitude,incertitude,fanatisme,integrisme,cathophobie,cathophobe,pasteur nadarkhani,evangelique,droit de l homme,antisemitisme,fondamentalisme,charia,femme,fondamentaliste,integriste,obscurantisme,propagande,reflexion,religion,terrorisme,theologie,tolerance,modernite,statut des femmes