18/08/2009

IRAN : LA LAPIDATION...........

IRAN : NEUF PERSONNES CONDAMNÉES À LA LAPIDATION

 

09/08/2009

Clotilde Reiss admet avoir manifesté et rédigé un rapport

Une manipulation hors pair ?
Ou une grosse gaffe Française ?

Un Iran bien sur de lui !
Face à une France bien embarassée !

A la Une

Iran :

 Clotilde Reiss admet avoir manifesté et rédigé un rapport

Comme la Française, une centaine de personnes sont jugées à Téhéran. Paris proteste contre les conditions du procès.

Clotilde Reiss à son procès à Téhéran, samedi (Ali Rafiei/Reuters)

Ce samedi 8 août, Clotilde Reiss, universitaire française de 24 ans accusée d'avoir encouragé les émeutiers du mois de juin manifestant contre la rélection de Mahmoud Ahmadinejad, a, selon l'agence iranienne Irna, admis devant le tribunal révolutionnaire de Téhéran avoir participé et rédigé un rapport sur ces manifestations à Ispahan :

« J'ai écrit un rapport d'une page et je l'ai remis au patron de l'Institut français de recherche en Iran qui appartient au service culturel de l'ambassade de France. »

La Française, dont la comparution ce samedi a surpris sa famille comme la diplomatie française, qui l'a appris par la presse, risque cinq années de prison. Elle a demandé « pardon » :

« Les motifs de ma participation aux manifestations étaient personnels (…) mais j'accepte que c'était une erreur et je n'aurais pas dû participer à ces rassemblements. (…) Je demande pardon au pays, au peuple et au tribunal d'Iran et j'espère que je serai graciée. »

De son côté, une employée locale de l'ambassade de France en Iran, Nazak Afshar, arrêtée jeudi, a affirmé devant ce tribunal que l'ambassade avait demandé à ses employés d'accueillir les manifestants dans ses locaux en cas de problème.

Arrêtée à l'aéroport de Téhéran le 1er juillet

La jeune diplômée de Sciences-Po Lille s'est installée en Iran en février dernier après avoir décroché une bourse de l'Ifrian (Institut français de recherche en Iran). C'est à l'aéroport de Téhéran qu'elle a été arrêtée le 1er juillet alors qu'elle rentrait en France. Depuis, elle est enfermée à la prison d'Evin et l'ambassadeur de France n'a pu la rencontrer qu'une fois.

Elle a affirmé devant ses juges, toujours selon Irna, que « les gardiens et les agents chargés de mener les interrogatoires ne se sont pas mal comportés », tout en parlant d'une « certaine pression psychologique ».

Les autorités iraniennes lui reprochent d'avoir participé à des manifestations de protestation contre l'élection d'Ahmadinejad à Ispahan. Elle aurait pris des photos qu'elle a envoyées par un mail privé à un ami à Téhéran.

Le contenu, anodin, des mails envoyés par Clotilde Reiss est souligné par son comité de soutien qui a publié l'un de ces textes sur son site :

« Je vous écris de Téhéran pour vous dire que tout va bien pour moi malgré la crise politique qui touche le pays. Vous n'avez pas de raison de vous inquiéter de mon sort. Non seulement je suis prudente mais surtout les violences ne touchent que les manifestations. »

Quelques heures après l'annonce de sa comparution, la France a réagi dans un communiqué officiel :

« Après la comparution de Clotilde Reiss devant un tribunal de Téhéran, la France renouvelle sa demande de libération immédiate de la jeune universitaire, les accusations portées contre elle étant dénuées de tout fondement.

La France s'élève par ailleurs contre les conditions de cette comparution. L'Ambassade n'a pas été informée au préalable, ni autorisée à assister à cette comparution, conformément aux règles internationales de la protection consulaire. Nous déplorons aussi que Clotilde Reiss et Mme Afshar n'aient pu être assistées d'un avocat. »

Plus d'une centaine de sympathisants de l'opposition en procès

L'Iran accuse également Hossein Rassam, un employé iranien de l'ambassade de Grande-Bretagne, d'avoir remis des rapports au gouvernement britannique. Il a expliqué devant le tribunal que l'ambassade avait demandé à ses employés locaux de se rendre aux manifestations.

Londres a jugé « inacceptable » la présence de Hossein Rassam dans le box des accusés.

Ce procès des manifestants anti-Ahmadinejad, ouvert samedi 1er août, doit juger plus d'une centaine de sympathisants de l'opposition, arrêtés au mois de juin durant les manifestations.

Plusieurs d'entre eux sont passés aux aveux la semaine dernière. Mohammat Ali Abtahi, l'ancien vice-président de Khatami, a ainsi demandé pardon pour avoir participé aux manifestations et a déclaré qu'il n'y avait pas eu de fraudes lors de l'élection d'Ahmadinejad.

Selon ces « aveux », un serment de solidarité aurait été passé entre Mir Hossein Moussavi, Mohammad Khatami et l'ancien président Akbar Hachémi Rafsandjani.

Procès-spectacle

Des dizaines d'accusés ont également fait des aveux, filmés par la télévision iranienne. Ce « procès-spectacle » a été dénoncé par Mir Hossein Moussavi dès le 2 août :

« De quoi veulent-ils convaincre le peuple avec des aveux qui rappellent des tortures moyenâgeuses.

(…) Ils disent que les enfants de la révolution ont avoué lors du procès de samedi leurs liens avec les ennemis et un plan pour renverser la République islamique.

Tout ce que j'ai entendu, c'est un gémissement qui traduit ce qu'ils ont enduré pendant ces cinquante jours. »

Plusieurs associations de défense des droits de l'homme accusent les autorités iraniennes de tortures et de mauvais traitements, ce dont se défend Téhéran.

Les audiences sont interdites à la presse. Seule les médias officiels sont autorisés. Les accusés encourent jusqu'à cinq ans de prison. Certains risquent la peine de mort.

► Mis à jour le 08/08/2009 à 19h55 suite à la publication du communiqué du Quai d'Orsay.

CLOTILDE Reiss avoue ..............

Jugée en Iran, la Française Reiss avoue avoir rédigé un rapport et demande pardon  .

http://news.fr.msn.com/article.aspx?cp-documentid=149074587

La Française Clotilde Reiss devant le tribunal révolutionnaire iranien à Téhéran, le 9 août 2009

La Française Clotilde Reiss, jugée devant un tribunal de Téhéran avec des participants aux manifestations post-électorales, a reconnu samedi, selon une agence officielle iranienne, avoir rédigé un rapport pour un institut dépendant de l'ambassade de France.

"J'ai écrit un rapport d'une page et l'ai remis au patron de l'Institut français de recherche en Iran qui dépend du service culturel de l'ambassade de France", a déclaré selon l'agence Mlle Reiss, répondant au juge qui lui demandait si elle avait écrit un rapport sur les manifestations à l'université et au bazar d'Ispahan (centre).

"(Mlle Reiss) est accusée d'avoir rassemblé des informations et encouragé les émeutiers", affirme l'agence officielle Irna.

Lectrice à l'université d'Ispahan, Mlle Reiss a créé la surprise en apparaissant samedi sur le banc des accusés au côté d'une employée locale de l'ambassade de France, d'un employé de l'ambassade britannique et d'une dizaine d'autres personnes, lors d'une audience fermée à la presse étrangère.

Ils sont poursuivis devant le Tribunal révolutionnaire pour leur participation aux manifestations qui avaient suivi la réélection contestée du président Mahmoud Ahmadinejad le 12 juin.

"Je voulais voir ce qui se passait (...) mes amis et ma famille étaient inquiets, je leur envoyais des mails pour leur dire que les rassemblements étaient calmes", a déclaré Mlle Reiss, une passionnée de la culture persane, en ajoutant s'être rendue aux manifestations les 15 et 17 juin.

"Je demande pardon au pays, au peuple et au tribunal d'Iran et j'espère que je serai graciée", a-t-elle ajouté.

Détenue depuis le 1er juillet, la Française de 24 ans a également dit avoir fait un rapport il y a deux ans sur le nucléaire iranien.

"Dans le cadre d'un stage au CEA (Commissariat français de l'énergie atomique, ndlr), où mon père travaille comme expert, j'ai rédigé un rapport sur les politiques en Iran en lien avec l'énergie nucléaire", a-t-elle dit, selon l'agence Isna.

"J'ai utilisé des articles et des informations qu'on trouve sur internet et il n'y avait rien de secret", a-t-elle précisé.

Le procureur du tribunal Abdolreza Mohabati a affirmé que les accusés avaient "élaboré un plan, pour le compte de l'opposition et de pays étrangers, pour renverser le régime", selon Fars.

Une employée du service culturel de l'ambassade de France, Nazak Afshar, arrêtée jeudi selon Irna, a affirmé lors de l'audience que l'ambassade avait demandé à ses employés d'accueillir les manifestants dans ses locaux si cela s'avérait nécessaire. Son fils, Arash Naimian, a dénoncé des "aveux" forcés, dans des déclarations à Paris.

Un employé local de l'ambassade britannique, Hossein Rassam, arrêté puis libéré sous caution avec plusieurs de ses collègues, a été lui accusé d"espionnage", selon Irna. Londres avait plus tôt jugé "complètement inacceptable" sa présence sur le banc des accusés.

M. Rassam a affirmé que l'ambassade avait demandé à son personnel local d'être présents aux "émeutes" aux côtés de deux diplomates britanniques, expulsés en juin.

Le procureur a accusé Londres et Washington d'avoir joué un rôle dans les "émeutes", les plus graves de l'histoire de la République islamique, lors desquelles 30 personnes ont péri, selon le bilan officiel.

"Certains diplomates britanniques ont pris part aux rassemblements illégaux de Téhéran", a dit le procureur.

"La cellule politique de l'ambassade de Grande-Bretagne rassemblait des informations sur les responsables (iraniens), les Gardiens de la révolution, la milice des Bassidj", a-t-il dit.

Une centaine d'accusés avaient comparu à l'ouverture du procès le 1er août. La date de la prochaine audience n'a pas été précisée.

CORRECT2

 

Un Ouf !Ouf ! Ouf ! De soulagement pour la laïcité et les courageux «  défenseurs des droits de l'homme ,de même que pour nos courageux Politiciens Européens !


La Française Clotilde Reiss a avoué «  ses crimes  » !

et demande pardon ?????


Tout le monde a « la conscience tranquille » ! et vive les vacances ?????


Que la Française Clotilde Reiss se débrouille …......


Ce n'est pas sans rappeler ,un certain esprit munichois ,principalement de la France Laïque et Républicaine ,il y a 75 ans ,face à un petit caporal de Bohème et le bon petit père du peuple ?


Respectivement 60 et 100 Millions de morts ?


30 septembre 1938 :

Les accords de Munich deviendront par la suite le symbole de la faiblesse des démocraties européennes face aux dictatures .


Vous aviez à choisir entre la guerre et le déshonneur ; vous avez choisi le déshonneur et vous aurez la guerre.

Winston Churchill

Extrait d'une lettre à Chamberlain .


L'habituel défaut de l'homme est de ne pas prévoir l'orage par beau temps.


Le parti de la neutralité qu'embrassent le plus souvent les princes irrésolus, qu'effraient les dangers présents, le plus souvent aussi les conduit à leur ruine.


Pour prévoir l'avenir,

il faut connaître le passé,


car les événements de ce monde ont en tout temps des liens aux temps qui les ont précédés.

Créés par les hommes animés des mêmes passions, ces événements doivent nécessairement avoir les mêmes résultats.


L'Histoire est un éternel recommencement ,les mêmes causes ont les mêmes effets .


Nicolas Machiavel.


Pour dominer le peuple ;il faut lui donner des gens à détester,et des coupables à exécuter !

Si vous désirez la sympathie des masses, vous devez leur dire les choses les plus stupides et les plus crues.


Adolf Hitler .

06/08/2009

la France et 'Al-Qaeda

 

Le numéro deux d'Al-Qaeda s'en prend à la France .

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/le-numero-deux-d-a...

Ben Laden n' a rien inventé ????à  lire :

http://islamreflexion.skynetblogs.be/post/5983176/assassins--secte-meconnue-

Par LEXPRESS.fr avec AFP, publié le 05/08/2009 12:11 - mis à jour le 05/08/2009 12:16

Ayman al-Zawahiri estime que la France "va payer pour tous ses crimes" dans une interview mise en ligne par un site islamiste. En cause: l'hostilité au port du hijab.

Le numéro deux d'Al-Qaeda, Ayman al-Zawahiri, s'en est violemment pris à la France pour son hostilité au voile islamique, estimant qu'elle "va payer pour tous ses crimes", rapporte mardi le centre américain de surveillance de sites islamistes SITE.

"La France prétend être un pays laïque alors que son coeur est plein de haine pour les musulmans", a répondu le chef d'Al-Qaeda à une question d'un site islamiste sur l'hostilité de la France au port du hijab (voile islamique).

Il a affirmé que la France, durant son histoire, a "soutenu les juifs dans leurs efforts de prendre le contrôle de la Palestine" (...) a combattu les Arabes en Algérie et a "fourni à Israël son réacteur nucléaire"."La France va payer pour tous ses crimes", a-t-il conclu.

Capture du centre américain de surveillance de sites islamistes SITE montrant le n°2 d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, le 2 juin 2009

AFP/Archives

Capture du centre américain de surveillance de sites islamistes SITE montrant le n°2 d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, le 2 juin 2009

Le SITE précise que c'est la sixième interview de Zawahiri au même site islamiste lié à Al-Qaeda et relève que le numéro deux du groupe y a répété, pendant 90 minutes, ses positions sur de nombreuses questions.

Il a affirmé notamment qu'"Israël est un crime qui doit être éliminé" et que les musulmans n'accepteront jamais la solution de deux Etats, un Israélien et un Palestinien.

Zawahiri y dit également ne pas voir de différence entre la politique du président américain Barack Obama et celle de ses prédécesseurs, le qualifiant notamment de "criminel" et de "menteur".

Les quatre principaux voiles islamiques

AFP/Infographie

Les quatre principaux voiles islamiques .

On est très courageux !

On a rien vu !

On a rien entendu !

On a rien dit !

On a oublié d'agir !

 

Et puis ! Voilà ,ce qui vous arrive !

CAMP78656

 

 

Et puis voilà ,ce qui arrive à vos enfants !

 

 CAMPENFANTS70262

Le monde est dangereux à vivre !

Non pas tant à cause

de ceux qui font le mal,

mais à cause de ceux

qui regardent le mal

et laissent faire le mal .

 

Albert Einstein .

 z_banner


 

02/08/2009

IRAN : un procès illégal

Procès des manifestants en Iran: Khatami et Moussavi dénoncent un procès illégal.

http://news.fr.msn.com/monde/article.aspx?cp-documentid=148949525

L'ancien président réformateur iranien Mohammad Khatami (G) au côté du leader de l'opposition Hossein Moussavi, le 31 juillet 2009 à Téhéran

 

L'ex-président réformateur iranien Mohammad Khatami a qualifié dimanche de "mise en scène" le procès de manifestants, au lendemain du repentir d'accusés quant à leur participation à la contestation post-électorale, le chef de l'opposition parlant d'"aveux sous la torture".

Ces déclarations viennent accentuer les dissensions au sein de la République islamique qui, depuis l'élection présidentielle du 12 juin, traverse sa crise interne la plus grave en 30 ans d'existence.

"Ce qui s'est passé est contraire à la Constitution, à la loi et aux droits des citoyens",

 a déclaré M. Khatami, selon son bureau.

Le chef de l'opposition, Mir Hossein Moussavi, a estimé sur son site internet, que les "aveux rappelaient des tortures moyenâgeuses" et a critiqué

 "un procès dont tout est truqué".

Le tribunal révolutionnaire a réagi lançant une mise en garde à ceux qui "troublent l'opinion publique avec des commentaires sur des questions légales,

affirmant par exemple que les aveux des accusés sont illégaux et ne peuvent incriminer."

"Faire des aveux est un des moyens de prouver un crime, aucun expert légal n'a jamais remis cela en question", a affirmé le tribunal dans un communiqué reproduit par l'agence Isna, ajoutant que le procès ouvert samedi se poursuivra jeudi.

Ce tribunal a commencé à juger samedi plus d'une centaine de personnes, dont des personnalités du camp réformateur, pour leur participation au mouvement de contestation de la victoire du président Mahmoud Ahmadinejad lors de la présidentielle.

Poursuivies pour troubles à l'ordre public et atteinte à la sécurité nationale, ils encourent jusqu?à cinq ans de prison.

 S'ils sont reconnus coupables d'être des

"mohareb" (ennemis de Dieu),

 ils risquent la peine de mort.

"Ce genre de mise en scène est avant tout contraire aux intérêts du régime et porte atteinte à la confiance de l'opinion publique", a accusé M. Khatami.

"Le plus important est l'absence de conditions pour un vrai procès public, le fait que les avocats et les personnes jugées n'aient pas été informées de la date du procès et du contenu du dossier",

 a-t-il ajouté, estimant que "les aveux obtenus dans ces conditions n'ont aucune crédibilité".

Plusieurs des personnes poursuivies, dont un membre important du camp réformateur, avaient porté un coup à l'opposition en affirmant samedi à l'audience s'être trompées en prenant part à la contestation.

L'ancien vice-président Mohammad Ali Abtahi a ainsi déclaré qu'il n'aurait pas dû manifester car il n'y avait pas eu de fraude lors de la présidentielle,

 contrairement aux affirmations de l'opposition, notamment des candidats malheureux Mir Hossein Moussavi et Mehdi Karoubi.

Des députés ont porté plainte devant la justice contre M. Moussavi pour ses "actions extrémistes", selon l'un d'entre eux, cité par l'agence Fars.

Dimanche,

 dix personnes sont venues grossir les rangs de la centaine d'accusés qui comparaissent à huis clos, selon Isna.

 Samedi, un huis clos partiel avait permis à certains journalistes d'assister aux débats.

Le troisième candidat malheureux à la présidentielle et ancien chef du corps d'élite des Gardiens de la révolution,

 Mohsen Rezai, a demandé que les membres des services de sécurité responsables de violences à l'encontre de manifestants soient également jugés.

La femme de M. Abtahi, Fahimeh Moussavinejad,

a déclaré que son mari "n'était pas dans un état normal" lors du procès.

En revanche, le quotidien ultraconservateur Kayhan affirme que le procès a "révélé les preuves de la trahison de Khatami et de Moussavi" demandant qu'on ne se contente pas "de juger et punir les seconds couteaux".

Selon les autorités,

une trentaine de personnes ont été tuées

lors des manifestations post-électorales.

 Quelque 2.000 personnes ont été arrêtées mais, selon les autorités, la plupart ont été libérées. Environ 250 personnes sont toujours en prison.

  • Rassurez vous ,madame Anastasie519039-634202-anastasie.1224660929
    est formelle :

 

.La Religion ...........................?

C'est une Religion ,de paix, d 'amour ,de tolérance ,de fraternité et de  respect de la personne ….................

Vos commentaires sur ce message ?
 
vos avis ,vos réactions :
adresse Émail :
Toutes les réactions sont publiées ,à l'exception des mails vulgaires,injurieux ou anonymes .
Merci de visiter :
 
NON ! à l' intimidation
CERVEAUpubea8
 
 
 
soleil.T.MONDE 
La lutte continue !
Mariannepensee_unique
OUI! à la liberté d'è.........(censuré !)
    • Venez nous rendre visite :
       
    •